Lire notre article sur

.

Découvrez l’interview de Margaux Ferrand et Julie Cointy pour le concours des jeunes créatifs, sur Stratégies. Elles font honneur à Artefact 3000 et à la publicité en général.

« Tu veux commencer, Julie ? », « Non, vas-y, je t’en prie », « Ah ! d’accord, c’est comme ça ! »

Avec Margaux Ferrand et Julie Cointy, pas le temps de se poser. Le verbe fuse. Elles se rencontrent lorsqu’elles travaillent toutes les deux au sein de BETC. « On a été mises sur une compétition entre BETC Pop et BETC et la légende raconte que dans l’ascenseur, Julie aurait malencontreusement fait tomber de son bomber Le Comte de Monte-Cristo, un livre que j’adore. La discussion est partie de là », relate Margaux Ferrand. Si Alexandre Dumas avait su qu’il aurait des pouvoirs d’entremetteur… En 2019, elles quittent le paquebot pour rejoindre le bateau pirate, Artefact. « Actuellement, nous sommes quatre teams, mais lorsque nous sommes arrivées, nous étions le premier. Pourtant, le niveau d’exigence est le même que dans les grandes agences, l’indépendance en plus », indique Julie Cointy.

En cinq ans de collaboration, elles assurent ne jamais avoir été en désaccord. « La relation dans un team créatif est extrêmement différente des autres, c’est un équilibre à trouver », affirme Julie Cointy. Margaux Ferrand ajoute : « On est mi-chat, mi-chien, certaines personnes cherchent leur double, nous, on préfère la complémentarité. » Elles espèrent toutes les deux que dans dix ans elles travailleront encore ensemble. « Moi, je nous vois bien dans une petite maison près de la mer, en télétravail », lance Julie. « Moi, j’aimerais bien un jour l’emmener en Angleterre et travailler là-bas, mais quand vous êtes installé en agence et que vous vous y sentez bien, c’est compliqué de partir », pointe Margaux.

Fisher-Price – « My Little people » : « Pour ce projet, l’idée a jailli toute seule à la suite d’un brief pour vendre le dessin animé My Little People. Même s’il est à destination des moins de six ans, on l’a regardé et c’était très long. Chaque épisode dure environ douze minutes. Par solidarité avec les parents, on a voulu sous-titrer les dialogues de manière ironique. Tout le monde a trouvé l’idée chouette mais très longue à réaliser, puis le confinement est arrivé, ce qui a permis à Julie de réécrire les dialogues. Nous avons reçu beaucoup de retours positifs des parents. »

Klorane – « Menthe Aqua » : « Ce brief concernait des produits de beauté pour les femmes, donc forcément, on le confie au team féminin… Mais dès sa lecture, on a adoré. Dans cette campagne, tous les codes de la beauté sont réinventés avec la présence de femmes aux mensurations diverses et d’un garçon. Avec le temps, nous avons construit une relation de confiance avec cette marque, c’est pourquoi ils ont accepté de faire un pas de côté par rapport à leur communication très traditionnelle et d’adopter une vision plus lifestyle. »

Franprix – « Dessert Gate » : « C’est la première vraie grosse campagne qu’on a conçue du sol au plafond et déployée sur tous les médias. Le brief portait sur les services de livraison du distributeur. Quand on se fait livrer, on se dit souvent : “Ça va, ce n’est pas tous les jours que…”, mais en fait si, ça peut être tous les jours. Ça reste une publicité de supermarché, qui montre des moments de vie qui nous ressemblent. »

Lire notre article sur

.

Artefact Newsletter

Interested in Data Consulting | Data Marketing | Digital Activation?
Read our monthly newsletter to get actionable advice, insights, business cases, from all our data experts around the world!

Newsletter Sign Up